Pages Navigation Menu

Tour du monde de Mélanie et Florent

Koh Tao : rencontres avec les requins

Koh Tao : rencontres avec les requins

Le bus nous a conduits directement à un embarcadère où nous sommes montés sur un puissant catamaran qui assure la liaison entre le continent et l’île de la tortue en moins de 2 h.

Bédie nous avait également offert une nuit dans un bel hôtel situé de l’autre côté de l’ile, et nous avons apprécié qu’un chauffeur vienne nous chercher directement à notre arrivée. L’hôtel était bien plus luxueux que ce à quoi nous étions habitués : chambres spacieuses et modernes, piscine à débordement, vue sur la mer, etc. sans parler du copieux petit déjeuner.

Nous avons siroté des cocktails en terrasse et nous avons observé la vie sous-marine avec masque et tuba. Pour se détendre (si besoin était !), nous nous sommes offerts pour la première fois une séance de massage thaï. Nous étions un peu inquiets car ce type de massage tonique peut être douloureux pour les non-initiés, mais les masseuses ont su nous faire une version soft très agréable.

Le massage thaï est une pratique qui date d’environ 2500 ans. Elle est très utilisée en Orient comme médecine relaxante. Sa technique est basée sur le massage (avec les mains, les pieds, les coudes, et même les genoux) des lignes énergétiques du corps qui permettent de faire circuler l’énergie correctement. Les massages thaïs traditionnels auraient été inventés en Inde initialement pour aider les moines et les sœurs à relaxer leurs muscles douloureux après de longues heures de méditation. Depuis sa création, les pratiques ont évoluées et se sont diversifiées avec des influences du Tibet, de Chine, de Birmanie, etc.

Nous avons ensuite dîné à l’hôtel où nous avons commandé un délicieux curry vert thaïlandais, accompagné d’une bouteille de vin que Bédie nous avait ramené.

Le curry thaïlandais est totalement différent du curry indien. La pâte de curry thaï est assez longue à préparer et les ingrédients sont compliqués à rassembler. On grille en général du poulet dans un peu de pâte de curry, que l’on noie ensuite dans du lait de coco qui va adoucir le piment. L’ajout de basilic thaï vient ponctuer la fin de la préparation.

L’endroit était super calme, très contrasté avec l’idée qu’on se faisait de l’île, réputée pour la plongée et les nombreuses fêtes jusqu’au bout de la nuit.

Le lendemain, retour à la réalité : il nous fallait trouver un autre hôtel à un prix abordable. Cela s’est avéré bien plus difficile qu’on ne le pensait car nous étions en très haute saison et la majorité des hébergements étaient pleins (sans compter que tous les prix sont multipliés par 2 !). Nous voulions de plus réserver une journée de plongée, si possible sur un des lieux recommandés par nos instructeurs de Koh Rong au Cambodge. Nous avions l’habitude de ne rien organiser à l’avance depuis le début du voyage, ce qui présente l’avantage de pouvoir adapter son programme au fil de l’eau, en contrepartie ici cela nous a fait perdre une après-midi (précieuse pour Bédie qui ne voyageait en Taïlande que quelques jours).

Nous avons quand même fini par trouver un bungalow au bord de mer, d’un standing tout autre que la veille mais avec une jolie vue et situé sur le côté animé de l’île.

Le soir nous avons mangé à l’un des restaurants situés sur la plage, nous avons tous les trois pris du barracuda au barbecue. Nous avons participé modérément à la fête qui avait lieu à côté car nous avions rendez-vous tôt le lendemain pour plonger. Nous avons assisté à une démonstration de Bolas enflammées et Bédie s’est essayé au limbo (barre enflammée sous laquelle il faut passer en se penchant en arrière). En rentrant, les filles se sont offert une petite baignade nocturne.


Le lendemain aux alentours de 6h du matin nous sommes partis pour la plongée mais sans Bédie qui n’ayant jamais fait de plongée en a profité pour faire la grasse matinée.

De notre côté, nous avons chargé notre équipement sur le bateau et avons mis le cap sur le premier site de plongée, appelé Chumphon Pinnacle et réputé comme un des meilleurs autour de Koh Tao. A notre arrivée nous nous sommes rendu compte que les conditions n’étaient pas idéales : beaucoup de courant et donc pas une grande visibilité. Deux bateaux de plongeurs étaient déjà sur place, et le capitaine de l’un d’eux nous a indiqué qu’il y avait un requin baleine sur place.

Cette annonce a fait monter l’excitation d’un cran, car tout le monde rêvait de pouvoir en voir un. Nous nous sommes donc rapidement équipés et mis à l’eau. A cause du fort courant le moniteur a décidé que nous allions descendre le long de l’ancre pour ne pas dériver, ce qui nous obligea à palmer beaucoup en surface à contre-courant pour l’atteindre. Lorsque nous avons plongé, Méla était déjà essoufflée, et en descendant sous l’eau le long de la corde elle n’arrivait pas à bien respirer. Les conditions difficiles n’aidant pas elle a fait une crise de panique et a tenté de remonter à la surface (chose qu’il ne faut jamais faire en plongée). Heureusement un des moniteurs l’a rattrapé et a réussi à la calmer. Une fois prête à repartir, nous avons continué à descendre et c’est le moment qu’a choisi un requin baleine de 6m de long pour passer juste à côté de nous. Tout est allé très vite mais ce fut vraiment impressionnant de le voir si près.

Requin baleine (source Internet)

Requin baleine (source Internet)

Le requin-baleine est considéré comme le plus grand poisson vivant actuellement sur Terre. Sa taille observable est en pratique généralement comprise entre 4 et 14 mètres. Massif, se déplaçant assez lentement et dénué d’agressivité, ce requin est parfaitement inoffensif pour l’homme.

À l’image de la baleine bleue, son équivalent chez les mammifères de la mégafaune maritime, ce géant des mers se nourrit principalement de plancton, d’algues et d’animaux microscopiques, qu’il absorbe par sa large bouche. Facilement reconnaissable avec sa peau du dos en damier, le requin-baleine se rencontre dans les mers ouvertes et les océans tropicaux et chauds.

Nous avons ensuite continué de descendre mais les conditions étaient vraiment mauvaises, on ne voyait pas grand-chose et le courant forçait le groupe à palmer beaucoup et à consommer beaucoup d’air. Nous sommes remontés au bout de 33 minutes, avec la satisfaction d’avoir vu le requin-baleine mais avec une grosse frayeur pour Méla.

Comme pour le cheval, il est important de tout de suite remonter en selle. Notre matinée comprenant une seconde plongée, Méla a réussi à se motiver pour la faire malgré son appréhension. Nous avons cette fois plongé pour aller découvrir l’épave d’un bateau militaire japonais de la seconde guerre mondiale, coulé volontairement ici pour former un nouveau récif artificiel.

Epave avant qu'elle ne soit coulée

Epave avant qu’elle ne soit coulée

Les conditions furent nettement meilleures ce fut un réel plaisir de le découvrir au fur et à mesure de notre descente: d’abord un canon, puis la silhouette du bateau pour enfin l’observer en entier. Méla en a oublié sa peur et c’est elle qui a eu la plus faible consommation d’oxygène de tout le groupe sur cette plongée! Preuve qu’elle était de nouveau détendue.

A notre retour sur la terre ferme nous avons déjeuné rapidement et loué 2 scooters avec Bédie pour  partir à la découverte de l’ile et aller nager dans la baie des requins.

On accède à la plage par l’enceinte d’un hôtel de luxe, comprenant une piscine superbe et des bungalows de la taille d’une maison.

La baie était superbe alors nous avons loué des masques et tuba pour aller explorer les fonds. En fin d’après-midi nous avons pu observer des requins à pointe noire: un, puis deux, nous nous sommes mis à nager autour d’eux et à les suivre et nous en avons observé jusqu’à sept en même temps (d’une taille d’1m50 environ). C’était un moment magique que de pouvoir les voir de si près.

Requins à pointe noire (source Internet)

Requins à pointe noire (source Internet)

Le requin à pointes noires est une espèce de requin qui vit près des côtes, généralement en groupe. Il ne présente guère de danger pour l’homme ; toutefois, les pêcheurs en apnée s’en méfient car, en présence de poissons blessés, il perd toute inhibition.

Il peut mesurer jusqu’à deux mètres mais ne dépasse généralement pas les 1,50 m à 1,80 m. Il possède un museau court et arrondi. On le distingue du fait que les extrémités de toutes ses nageoires sont noires. Ils ne sont théoriquement pas dangereux car ils mangent des petits poissons et du plancton. Ils peuvent impressionner car ils se déplacent très vite et de manière très gracieuse, mais il ne faut pas s’y tromper ce sont eux qui ont peur de l’homme.

Le soir nous avons cherché un hôtel pour Bédie qui allait rester une nuit ou deux de plus sur Koh Tao avant de rejoindre une autre amie à Phuket. Pour notre part il nous fallait remonter sur Bangkok et voler jusqu’à Ho Chi Minh pour rejoindre notre vol pour l’Australie. Nous avons fini par trouver un petit bungalow très mignon dans une autre baie au calme.

Baie du bungalow de Bédie

Baie du bungalow de Bédie

Nous avons dîné une dernière fois tous ensembles: nous avons goûté d’autres spécialités thaï comme le Pad Thaï et la Soupe de crevettes Tom Yam Kung (un peu épicée).

Le Pad Thaï est le plat national thaïlandais : c’est un plat relativement simple à base de nouilles de riz sautées à la poêle à feu vif avec des œufs, diverses graines germées, du tofu émietté, des haricots jaunes et des crevettes grillées trempées dans de la sauce nuoc-mâm. Le tout est servi avec une sauce sucrée à base de citron vert. Ce plat est en général servi avec de la poudre de piment (rouge, à utiliser avec beaucoup de modération) et des cacahuètes pilées. Il existe des variantes agrémentées de viande de porc, de poulet ou encore de ce dont les gens disposent chez eux.

La soupe de crevettes Tom Yam Kung est une soupe épicée qui tire sa saveur de la citronnelle, du gingembre, du jus de citron, de la sauce de poisson, du piment…Le Tom Yam peut se faire avec des crevettes, du poulet, du bœuf, du porc.

Nous avons dû quitter Bédie après le repas et nous avons pris place à bord d’un bateau couchette qui mettait 5h à rejoindre le continent. Un bus prenant ensuite le relais jusqu’à Bangkok.

Une fois à Bangkok nous avons retrouvé Vlad et Loréa pour une dernière soirée tous ensemble avant que nos chemins se séparent pour de bon.

4 Commentaires

  1. Les bons souvenirs…. Et j’avais oublié tous ces requins…
    Par contre je suis trop moche sur les photos. Lol
    Have fun en Amérique du sud

  2. Vous avez eu un super bateau de nuit… Nous on avait un night boat qui a mis 9h pour arriver de Koh Tao sur la terre ferme et surtout les couchettes étaient des matelas très très plats disposés les uns à côtés des autres par terre (sympa si ton voisin pue…) et infesté de cafards ! D’ailleurs, il y en a un qui m’a rendu visite pendant la nuit sur mon oreiller… Mais c’était une expérience géniale !

  3. Alors en fait, je vous parle plus, vous avez vu un requin baleine…

  4. Je suis très heureux voilà j’ai découvrir ce Site . Je veux vous remercier pour le temps que vous avez investi pour mettre ce contenu c’est fantastique !! Je suis certainement appréciée tous . Site marqué en tant que favori .

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *