Pages Navigation Menu

Tour du monde de Mélanie et Florent

Les îles de Raiatea et Taha’a en catamaran

Les îles de Raiatea et Taha’a en catamaran

A Raiatea, nous devions rejoindre Francine et Daniel qui vivent sur un catamaran. Daniel est le grand père de Pauline, la femme du cousin germain de Méla. Nous ne les avions jusqu’alors jamais rencontré, juste échangé quelques mails par internet mais ils ont gentiment acceptés de nous accueillir pendant quelques jours sur leur bateau.

Nous sommes arrivés en fin d’après-midi à l’aéroport de Raiatea après 45 minutes de vol : à peine le temps de déguster un excellent jus d’ananas distribué à bord, fabriqué par l’entreprise Rotui basée sur l’île de Moorea. Francine et Daniel étaient là pour nous accueillir et c’est ensemble nous avons rejoint la Marina dans une petite voiture empruntée à leurs voisins.

A notre arrivée nous avons découvert le bateau sur lequel nous allions passer notre séjour :  un superbe catamaran de plus de 10 mètres de long, nommé Maito, qui constitue leur maison depuis une dizaine d’années. Maito est également devenu le surnom de Francine et Daniel sur l’île.

Nous avons pris place à bord avec une cabine privée pour dormir et une autre pour entreposer nos affaires, le luxe!

Au programme dans les prochains jours : une journée à quai afin de faire quelques provisions et l’occasion pour nous de faire le tour de l’île grâce à leur scooter, puis nous partirions trois jours en mer autour de Raiatea et Taa’a. On ne pouvait rêver mieux!

Le courant est tout de suite passé avec Francine et Daniel : ils sont très généreux et nous ont littéralement gâtés. Dès notre arrivée, nous avons pris l’apéro avec Alric, leur voisin au port qui travaille au club de voile de la marina et ainsi l’occasion pour nous de goûter la bière locale Hinano (du nom de la fleur du pandanus).

Bière Hinano

Logo de la bière Hinano

Le lendemain matin, après une petite baignade dans l’entrée de la marina, tellement plus facile lorsque la température de l’eau avoisine les 30 degrés, nous avons pris une petite douche et déjeuné.  Avec le scooter, nous sommes partis faire le tour de l’île malgré le temps qui se faisait un peu menaçant.

Nous avons admiré les paysages qu’offre une île volcanique : des belles plages sur le pourtour mais aussi des montagnes très escarpées et recouvertes de forêts très denses au centre. Il y a rarement de routes au milieu de l’île, ainsi la flore y est assez bien préservée. La présence de ces montagnes permet aussi aux habitants de bénéficier de suffisamment d’eau douce, contrairement aux atolls.

En chemin nous nous sommes également arrêtés dans un marae : un espace réservé aux activités cérémonielles, sociales, religieuses et politiques des anciens Polynésiens (avant la colonisation). Si la construction des marae varient d’une île à l’autre, ils formaient des monuments de taille impressionnante avec une surface rectangulaire pavée de pierre, de corail ou nue, avec un périmètre bordé de pierres dressées ou de bois.

1-DSC02209

1-DSC02207

Celui de Raiatea est un peu particulier : il se nomme le « Taputapuātea » et c’est le plus vaste de toute la Polynésie. De plus, des pierres y étaient prélevées puis  transportées sur d’autres îles de Polynésie et même jusqu’en Nouvelle Zélande pour créer de nouveaux marae.

Nous sommes finalement passés entre les gouttes des averses et à notre retour nous nous sommes de nouveau installés sur la terrasse extérieure du bateau pour prendre l’apéro avec les voisins. Nous nous sommes aperçus en écoutant les discussions et les petits ragots du quartier que la vie dans une marina ressemble en fait beaucoup à une petite vie de village  » tout le monde connait tout le monde ».

Le lendemain matin, après avoir fait le plein de bières et de nourritures, nous avons quitté la marina pour un motu à proximité duquel nous prévoyons de passer la nuit.

Un motu est un îlot de sable corallien situé sur la barrière de corail d’une île volcanique. Il s’agit généralement d’un banc de sable accumulé dans une zone où les courants marins ralentissent.

Une fois l’ancre du bateau larguée, nous avons enfilé nos maillots de bain à la découverte des fonds marins alentours. L’essentiel des poissons et des coraux se trouvent à proximité de gros rochers au fond de l’eau et appelés communément « patates ».

L’eau est bonne et si claire que nous sommes restés plus d’une heure et demie à admirer les poissons, les coquillages, les étoiles de mer et les coraux de toutes les couleurs, juste le temps pour notre appareil photo étanche prenne l’eau ! Il semblerait que 2 ans soit la durée de vie limite pour les joints qui assurent l’étanchéité.

Une fois revenus à bord nous avons pris une petite douche puis nous nous sommes reposés à l’ombre du pare-soleil installé au-dessus du quart arrière du bateau. Le soir, nous avons dégusté un délicieux tartare de thon rouge préparé par Francine.

Dîner en térrasse

Dîner en térrasse

C’était la première fois pour nous que nous allions passer plusieurs jours sur un bateau, et Méla redoutait un peu d’avoir le mal de mer en étant enfermée dans la cabine pendant la nuit. Cependant un catamaran est un bateau très stable, et le fait que nous soyons dans le lagon pour la nuit nous a permis de très bien dormir.

Le lendemain, nous avons levé l’ancre pour aller mouiller quelques miles plus loin dans une zone où nous avons de nouveau profité des superbes fonds marins pendant des heures. Daniel nous a ensuite emmener faire un tour en annexe : ce petit zodiac accroché à l’arrière des bateaux, qui leur permet de rejoindre la côte lorsqu’ils sont au mouillage. Nous nous sommes ainsi approchés de la barrière de corail où les grosses vagues de l’océan viennent se briser.

Petit tour en annexe

Petit tour en annexe

Le soir, un autre ami de Francine et Daniel qui vit sur l’île est venu prendre l’apéro avec ses enfants, grâce à son bateau. Nous avons ensuite assisté à la préparation du barbecue de Daniel : un dispositif rond qui s’accroche à l’extérieur des rambardes du bateau. Nous avons ainsi pu manger des saucisses grillées au milieu de l’eau en observant un beau coucher de soleil : il y a pire comme vie!

Le dernier jour, nous avons rejoints un magnifique jardin de corail. Nous avons jeté l’ancre à côté d’un hôtel de luxe avec maisons sur pilotis et terrasses privées, le tout pour la modique somme de 600€ la nuit (autant dire l’équivalent de2 semaines à 2 en Asie). Daniel nous a déposés avec Francine sur un petit motu avec l’annexe. En chemin nous sommes passés assez près d’une des terrasses privées où un homme et sa femme se faisaient bronzer nus : ils se sont fermés comme des huîtres dès qu’ils nous ont vus, ça nous a bien fait rire.

On nous a raconté que le service y compris dans les hôtels de luxe laisse à désirer mais nous n’avons pas pu le vérifier par nous-même. Ce serait dû au fait que beaucoup d’hôtels ont été largement subventionnés pendant les essais nucléaires de la France à Moruroa (un des atolls de l’archipel des Tuamotu). Les hôtels étant déjà largement amortis ils ne font pas d’efforts pour accueillir les touristes et malheureusement cela contribue de plus en plus à ce que les touristes choisissent d’autres destinations paradisiaques.

Comme le jardin de corail se trouve dans une passe et que le courant y est assez fort (impossible de nager à contre-courant sans palme), nous sommes remontés jusqu’au départ en marchant sur le motu. Ensuite, il s’agit d’une demi-heure de bonheur inoubliable, probablement le plus beau spectacle sous l’eau de tout notre séjour : des centaines de poissons multicolores nous suivaient ou nous évitaient, des coraux et des coquillages de couleurs vives tous plus beaux les uns que les autres, tellement à voir que nous ne savions plus où donner de la tête. Par contre il faut bien faire attention à ne pas s’égratigner sur les coraux.

A la fin du jardin de corail nous avons pu observer la grâce de deux petits requins (un à pointes blanches et l’autre à pointes noires) qui avaient été mis en cage par un polynésien habitant à coté : il en attrape régulièrement pour les montrer puis les relâchent.

Nous sommes retournés sur le Maito pour déjeuner et puis il était temps de rentrer à la Marina en profitant du soleil et des paysages.

En chemin nous avons même pu nous essayer à la conduite du catamaran.

IMGP0577

IMGP0572

Ces trois jours en bateau ont été géniaux pour nous, ils nous ont permis d’observer les îles d’une autre manière, de profiter de leurs magnifiques lagons et de nous baigner dans des endroits qui nous auraient été inaccessibles à la nage.

Le soir de notre retour Francine et Daniel nous ont invités à une soirée dîner/spectacle de danses traditionnelles en compagnie de leurs voisins. Nous les remercions beaucoup de leur gentillesse et de leur accueil qui nous ont véritablement permis de vivre les vacances de nos vacances!

1-DSC02131 (2)

1-DSC02119 (2)-001

Le lendemain, ils nous ont raccompagnés en bateau à l’aéroport où nous avons pris l’avion pour la petite île de Huahine.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *