Pages Navigation Menu

Tour du monde de Mélanie et Florent

Bienvenus à Sydney

Bienvenus à Sydney

Pour cet article, c’est moi Sydney qui vais vous raconter l’arrivée de Flo et Méla sur le continent Océanien.

Le jour où vous êtes arrivés, mon ciel s’était chargé de nuages et d’abondantes pluies se sont abattues sur vous. Vous n’avez pas eu de chance car je compte habituellement 300 jours de soleil par an.

C’est très facilement que vous avez réussi à rejoindre l’auberge de jeunesse Maze Backpackers. Un établissement énorme mais plutôt bien tenu qui accueille principalement des backpackers (routards) au cœur du quartier d’affaires. Les tarifs pratiqués sont raisonnables mais je conçois qu’ils peuvent surprendre les voyageurs arrivant d’Asie : 30 dollars australiens la nuit par personne en chambre privée très basique avec une salle de bain commune (soit 48 euros pour 2).

Vous aviez bien tenté de vous faire héberger chez mes couchsurfeurs mais la demande est telle que votre recherche s’est avérée infructueuse.  Je suis pourtant la ville la plus peuplée d’Australie, abritant au recensement de 2009 une population de 4,5 millions d’habitants (soit quasiment 20 % des 22,7 millions d’habitants que compte mon pays).

Mais laissez-moi vous compter un peu mon histoire. Je suis la plus ancienne installation européenne dans le pays, puisque la ville a été fondée comme une colonie pénitentiaire en 1788.

En effet les anglais m’utilisèrent d’abord pour désengorger les prisons de Londres. La première expédition fut menée par le capitaine Arthur Philip qui fonda la première colonie New South Wales, elle était constituée d’une majorité de condamnés qui serviraient de main d’œuvre à la construction de la colonie.

Les colons s’installèrent et se développèrent sans considérations pour les aborigènes qui vivaient sur mes terres depuis longtemps. Les nombreuses maladies que les Européens apportèrent chez moi décimèrent mes précédents habitants en un peu plus de 10 ans. Les débuts de la colonie furent difficile, et il fallut l’envoi d’autres flottes pour permettre d’améliorer les conditions, mes sols n’étant pas très fertiles pour l’agriculture, c’est l’élevage de mouton qui dominât rapidement.

C’est en 1840 que le Royaume-Uni cessa d’envoyer ses prisonniers sur mes terres, deux ans plus tard je passais du statut de colonie à celui de ville. Dès lors ma population grandit à une vitesse impressionnante, boostée par la découverte d’or non loin de là.

Mon urbanisation s’accéléra à partir des années 70 et nombre de mes édifices historiques furent remplacés par des immeubles récents et des gratte-ciels, c’est aussi à cette époque que mon fameux opéra fût achevé. Cette évolution a fait de moi une ville dynamique où il fait bon vivre, et j’ai été récompensé en me permettant d’accueillir les jeux olympiques de l’été 2000.

Je suis devenue une destination touristique internationale et une cité établie autour d’une baie magnifique qui peut accueillir jusqu’à 10 000 bateaux. D’ailleurs des paquebots de la taille d’un immeuble de dix étages, plus gros que tous ceux que vous aviez pu observer auparavant, étaient stationnés chaque jour dans mon port.

Un gros paquebot stationné à coté de mon Harbour Bridge

Un gros paquebot stationné à coté de mon Harbour Bridge

Le temps s’est amélioré dès le lendemain et très vite je vous ai senti comme à la maison, vous avez retrouvé des repères européens : vous vous sentiez dans une ville moderne, propre et facile à vivre. Vous avez apprécié marcher le long de mes larges avenues, bordées de gratte-ciels mais aussi de découvrir mes petits quartiers résidentiels au charme certain comme celui de Paddington et d’Oxford Street.

Vous avez admiré mon opéra en forme de coquillage avant de parcourir mes jardins botaniques royaux qui abritent une faune et une flore diversifiés, en plus d’être situés en bordure de la baie. Un soir vous avez même aperçu une de mes chauves-souris géante en train de se nourrir dans un arbre.

Vous avez observé mes nombreuses piscines, mon cinéma en plein air, mes églises… et vous êtes rentrés dans quelques-uns de mes nombreux centres commerciaux.

Vous faites partie des dernières personnes qui auront emprunté mon métro aérien, celui-ci sera bientôt démoli. Ouverte au public en 1988, la ligne est divertissante car elle relie en boucle plusieurs de mes quartiers comme Chinatown et Darling Harbour et permet de me découvrir d’une manière originale.

Monorail de Sydney

Monorail de Sydney

Vous avez été surpris par les connexions internet inexistantes ou de très mauvaises qualités et payantes. Par conséquent vous êtes souvent aller au magasin d’Apple pour avoir une bonne connexion, et Méla a fini par craquer et s’acheter une mini tablette.

Vous avez mangé quelques Burgers dans des fast-foods mais pour maintenir votre ligne et votre budget, vous vous êtes surtout préparés à manger directement dans l’auberge Maze. Nostalgiques de votre passage à Hong-kong, vous vous êtes offert un bon repas chez DinTaiFung, où vous avez de nouveau apprécié les bouchées vapeurs à la truffe, qui resteront un des tops 10 culinaires de votre voyage.

Repas chez DinTangFung

Repas chez DinTaiFung

Vous avez visité mon quartier des Rocks, au pied de mon célèbre « Harbour Bridge », qui abritait les indigènes dans la fin des années 1700 quand les colons sont arrivés sur mes terres et qui aujourd’hui constitue un de mes plus gros sites archéologiques.

Vous avez pu escalader mon pont mythique, surnommé « le vieux cintre », grâce au cadeau venant des collègues de Flo. Le Harbour Bridge est un pont en arc métallique qui permet de traverser ma baie via 12 voies (8 pour les voitures, 2 pour les trains, 1 pour les cyclistes et 1 pour les piétons). Le pont inauguré en 1932 est demeuré ma structure la plus haute jusqu’en 1967 avec 134 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Harbour Bridge

Harbour Bridge

Il fait ma fierté car selon le livre Guinness des records, c’est le pont le plus large au monde (48,8 mètres) et ayant la plus haute arche en acier. C’est aussi le cinquième plus long pont en arches au monde (1149 mètres en tout, 503 mètres en portée). Petite anecdote, le granite qui sert à en habiller ses fondations a coûté presque aussi cher que le pont lui-même.

Ascension du Harbour Bridge de nuit

Ascension du Harbour Bridge de nuit

De là vous avez pu admirer une vue impressionnante de nuit sur mon opéra et mon quartier d’affaires.

Vous vous êtes offert une séance de cinéma en anglais sans les sous-titres et vous êtes ressortis satisfaits d’avoir quasiment tout compris du film « le Hobbit ».

Vue panoramique de la ville

Vue panoramique de la ville

Bref vous avez passé de très bons moments chez moi, et je crois même que vous seriez prêts à venir vivre ici si des opportunités de travail se présentaient. Cependant, au bout de 4 jours je vous ai vu vous échapper en voiture de location pour rejoindre Melbourne par la côte, sans même avoir pris le temps de découvrir mes plages!

Un Commentaire

  1. Sacré retour à une « civilisation moderne » après l’Asie, non? Ca fait un choc, mais plutôt agréable (à part les prix)…en tout cas c’est l’effet que ça nous avait fait.
    On a aussi adoré Sydney, et je suis curieux de voir ce que vous avez vu d’autre en Australie, on s’était arrêté là…
    Bisous et bonne route
    Greg

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *